XV CORSAIRE CLUB ENTREPRISE, LE RÉSEAU DE NOS PARTENAIRES.

Être partenaire du XV Corsaire, c’est aussi des histoires d’hommes et de femmes qui s’engagent à nos côtés. Aujourd’hui plus de 40 entreprises accompagnent les corsaires.

Rencontre avec Fabrice Mirjol, directeur des concessions Renault – Dacia de St Malo et Dinard

 Pouvez-vous présenter le groupe et les concessions de St Malo / Dinard ?

Renault Saint-Malo est une concession du groupe LS (Groupe Lamirault-Schumacher), groupe de distribution automobile national, le 4ème, et il représente aujourd’hui 22 marques différentes. La concession de Renault Saint-Malo dispose également d’un point relais à Dinard et la marque est également représenté par 7 agents sur le territoire commercial autour de Saint-Malo jusqu’à Dol-de-Bretagne, Combourg, Ploubalay.

• Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 45 ans, je suis directeur depuis 5 ans de Renault St Malo. J’ai fait toute ma carrière chez Renault le constructeur et je suis arrivé sur Saint-Malo en 2008. A la base j’étais responsable régional chez Renault constructeur puis j’ai quitté ce poste pour prendre la direction de la concession de Renault Saint-Malo/Dinard. Bien souvent les gens pensent qu’au sein de Renault tout est logé à la même enseigne mais il faut bien faire la distinction entre la partie Renault constructeur et les concessions Renault.

• Pour quelles raisons êtes-vous devenu partenaire du XV Corsaire ?

J’étais déjà très impliqué dans le rugby lorsque j’étais en région parisienne puis en arrivant sur Saint-Malo, Renault constructeur était partenaire national de la Fédération Française de Rugby. Étant donné que j’ai toujours eu beaucoup d’affinités avec ce sport, ce qui n’était pas forcement le cas de mes collègues, lorsque l’on m’a confié la responsabilité de développer le partenariat au niveau de la région Bretagne, j’ai collaboré avec le comité puis on a développé le partenariat avec plusieurs équipes. Naturellement comme je me suis installé à Saint-Malo la première équipe que j’ai aidé c’est le XV. Surtout qu’à l’époque je jouais encore un peu, j’ai donc pris ma licence chez les corsaires et je suis devenu partenaire en 2008. Au même moment on était également partenaire de Saint-Brieuc et Quimper puisque Renault était partenaire officiel du XV de France. Le partenariat avec la fédération s’est arrêté il y a quelque années puisque BMW avait pris la place d’officiel et maintenant c’est de nouveau Renault. Désormais le partenariat est exclusivement pour le XV Corsaire et donc depuis 2008, soit 12 ans, 13 en septembre prochain pour être exact, je soutiens le club.

• Après avoir accompagné le XV Corsaire pendant plusieurs saisons maintenant, pouvez-vous nous dire ce que vous apporte ce partenariat ?

Ça apporte une intégration dans les deux sens, déjà ça permet d’intégrer l’entreprise dans un paysage sportif puis finalement peu importe le sport que l’entreprise choisit de soutenir, c’est une clé d’entrée avec les joueurs mais surtout ce qu’il y a autour, les bénévoles, les parents des licenciés de l’école de rugby, cela t’intègre personnellement et familialement dans une communauté. C’est également l’opportunité de pouvoir intégrer le club dans ton entreprise. Entre les stages et les CDI, c’est 9 personnes qui ont intégré les concessions au cours de ces dernières années et aujourd’hui nous avons un joueur en CDI, Cédric Morvan, formé à l’école de vente Renault et aujourd’hui un de nos meilleurs commerciaux. Quelque part Cédric a été recruté en tant que joueur via cette offre d’emploi et nous souhaitons aujourd’hui reproduire la même chose avec Ludwig Vezie, lui permettre d’associer son projet professionnel à son projet sportif. Finalement, les partenaires tiennent compte de cette combinaison entreprise / pratique sportive et le XV Corsaire est lui aussi à l’écoute de nos besoins et de nos exigences, de la même manière que nous le sommes pour eux.

C’est une période compliquée pour tout le monde, pour mes collaborateurs et sportivement c’est encore plus dur puisque la compétition est suspendue depuis un an. Tout le monde éprouve des difficultés par rapport au partenariat et au sportif, c’est donc dans ces moments qu’il ne faut rien lâcher puisque dans ce club ce sont des salariés, des éducateurs, des bénévoles, des structures que nous soutenons donc il faut absolument rester dans cette dynamique et continuer d’apporter notre soutien.

• Partenaire, supporter, joueur, parmi toutes ces casquettes, quels sont vos plus beaux moments ?

Le parcours en championnat de France 1er série, je reste convaincu que cet événement a marqué toute la ville et au niveau régionale a fait apparaître une certaine solidarité de tous les clubs bretons. Vivre cette saison de l’intérieur avec l’ensemble des acteurs investis dans ce club c’était incroyable. Un autre très bon souvenir que je garde c’est lors d’un match des 5 nations féminine entre la France et l’Angleterre, à l’issu du match j’ai été désigné pour remettre le prix du fairplay à la capitaine de l’équipe d’Angleterre. Fréderic Fontaine, ancien président du club, avait surement glissé un mot gentil auprès du comité de Bretagne et je suis allé remettre ce prix à la capitaine. Des moments comme celui-ci on ne les oublis pas, être partenaire et être investi dans ce sport nous font vivre de belles choses mais finalement mon plus beau moment en tant que partenaire, c’est de pouvoir le vivre avec ma famille, ma femme, trésorière du club durant quatre années et ma fille, qui en septembre prochain débutera sa huitième année.

En tant que joueur, mon plus beau souvenir est à Ploërmel contre Malestroit, c’était l’époque où l’on avait une équipe qui servait les vieux loups et formait les jeunes chiots, on remporte le match 6 à 3 avec un XV composé d’une charnière Fred Fontaine et moi- même, c’était plutôt folklore mais ce sont des matchs comme celui-ci qui démontrent à quel point ce sport est beau, sur le terrain, c’était une belle solidarité et forcément des liens forts se créent avec ses coéquipiers, je pense à Laurent Hoste, Fabien Thiebaut et bien d’autres. Finalement, c’est juste un beau moment avec des super copains. Des super copains, avec qui, le jour de la naissance de ma fille, lors d’un match d’inauguration du terrain de Muzillac, on gagne, célèbre la victoire et par la même occasion la venue au monde de ma fille, le moment idéal pour déboucher le champagne dans les vestiaires après une nuit plutôt courte.

Coté spectateur, je dirais que le match du maintien face à Plouzané en 2019 m’a procuré beaucoup d’émotions. Le maintien en Fédérale 3 c’est ce qui me soulage le plus et je trouve qu’il est mérité puisqu’il a permis de valider, suite aux investissements fournis depuis plusieurs années, toutes ces pierres posées à l’édifice, les efforts fournis, l’arrivée de Jordi, un projet et une structure qui, rappelons-le, était partie de zéro. Finalement c’est une immense joie pour le club et pour toutes ces personnes investis dedans, un énorme soulagement, un sentiment de bonheur pour les joueurs, le staff.

• Que pouvez-vous souhaiter pour l’avenir du XV Corsaire ?

Pour l’avenir, je vous souhaite de reprendre et de reprendre dans de bonnes conditions puisque je me demande comment vont être les organismes au bout d’un an sans compétition et sans contacts. Je vous souhaite de valider la saison de reprise sur la partie haute du tableau et de mettre en place votre projet Fédérale 2, retrouver votre public, en espérant que celui-ci revienne puisque vous le mériter. Joueurs, staff, bénévoles, ces gens- là mérites d’avoir le soutien de notre belle ville de Saint-Malo. J’entends également que nous avons le soutien de la mairie donc je souhaite de belles infrastructures pour le club puisqu’encore une fois, le XV Corsaire le mérite.